Dans la deuxième moitié du dix-neuvime siècle et précisément à partir de 1876, l'Egypte sous le règne de Said et Ismaïl Pacha, héritiers de Mohamad Ali, a connu un épanouissement  culturel, social et économique. Des femmes issues des écoles missionnaires, étrangères avec un esprit ouvert font leur entrée sur le scène médiatique, littéraire et culturel. Ce sont des Femmes Pionnières qui ont changé la société arabe et marquer l'Histoire littéraire de la femme. Ces femmes-là n'étaient pas des féministes, elles étaient "des femmes", des fermmes singulières, qui défendaient leur dignité.